Blog

Propos d’un citoyen poli d’austérité

Que ça a passé proche aujourd’hui. J’ai vraiment senti que je suis passé proche de me fâcher. À deux poils. Un peu plus puis je le disais. À ça proche. Il manquait juste ça puis je me fâchais. Je me suis retenu.

Une chance que je me suis tourné la langue 30 fois dans la bouche. Que j’ai ravalé. Je pense que l’austérité, je suis rendu à en avoir assez moi aussi. Je suis à la veille de le dire. Un moment donné, quand ça va être la bonne place, je vais le dire. Je garderai pas toujours ça pour moi. Je commence à en avoir jusque là. Je vous le jure un moment donné je vais en avoir assez puis je vais le dire que j’en ai assez. Je le sens.

C’est juste que j’ai pas le temps, que c’était pas le moment. C’est tout-le-temps-de-même-que-ça-adonne-quand-je-suis-prêt-à-en-avoir-assez c’est pas le bon moment. Mais je vous le dis, un moment donné je vais le dire. Ça restera pas de même se faire faire de l’austérité.

Ben c’est ça qui est ça. C’est mon opinion et j’espère que vous allez comprendre que si vous continuez à m’austérité, je vais faire comme les autres années pis me demander si je vote encore pour vous. Et je termine en vous disant qu’on est plein de québécois à avoir une opinion comme la mienne.

Bidouilleux techno depuis l’âge où ses frères lui donnaient juste ce qu’il faut de chocs électriques avec des kits Radio-Shack trafiqués, il s’adonne à la programmation dès l’âge de 9 ans. Humaniste, bouddhiste et geek non pratiquant, religieux du logiciel libre et du télétravail, allergique aux paravents, il a le drôle d’idéal de faire tout ce qu’il peut gratuitement, ce qui occasionnera une certaine forme de pauvreté, mais pas du tout en curiosité. Sa phrase préférée : « Ça doit pouvoir se faire ! » On doit souvent lui indiquer où ne pas aller sur un serveur et lui rappeler ce qu’il fait de mieux, lire des magazines, des bouquins de philosophie, de géopolitique et de vieux classiques.