Blog

Michelle Blanc n’est autre que… Michelle Blanc ! N’en déplaise à Lisée.

Michelle Blanc se conduit exactement comme … Michelle Blanc. On peut se désoler pour le Parti Québécois que 5 jours jusqu’à maintenant aient été déviés par les bavures de la candidate péquiste dans Mercier, il reste que pour quiconque connait un peu Michelle Blanc, il n’y a là rien de surprenant ni de sorcier.

Michelle Blanc l’électron libre ou la loose cannon ?

L’ex ministre libéral Jacque Dupuis affirmait aujourd’hui, cité par Le Devoir, que si Michelle Blanc était encore en lice dans Mercier, ce pouvait être parce que Jean-François Lisée la craignait davantage s’il la limogeait qu’en la gardant, au risque qu’elle soit un “loose cannon” au potentiel explosif. Sauf que…

Michelle Blanc est inutilisée actuellement par le PQ, elle qui se disait candidate vedette du numérique. Pour la “révolution éconumérique” dont se targue Madame Blanc, elle n’a pas été du dévoilement de la politique environnementale aujourd’hui et je doute fort que Lisée prenne le risque de faire une annonce en sa compagnie. Ce serait trop dangereux en point de presse.

Michelle Blanc n’est pas du genre à accepter le rôle de plante verte bien longtemps. Encore moins est-elle reconnue pour accepter sur le long terme d’être traînée dans la boue sans pouvoir opposer de coups de gueule dont elle est devenue autant l’habituée que désormais tristement célèbre.

Pour madame Blanc, il s’agit maintenant de sauver la face, de pouvoir arriver à rassurer son entourage que le poids qu’elle a prétendu avoir au PQ ne lui fait pas défaut actuellement. Or, si Lisée devait la faire taire jusqu’à la fin, il y a fort à parier que par orgueil, du moins, Michelle Blanc voudra expliquer comment il se fait que son plan “éconumérique” a été proposé sans elle au micro.

Quoiqu’il en soit, il était de la responsabilité de Michelle Blanc de ne pas trop créer d’attentes chez ses fans et supporteurs qui semblaient s’attendre à voir Michelle marcher sur les eaux de la fibre optique. La politique joue dans la bouette. Dans le cas de Michelle, puisqu’elle en avait déversée pas mal en plus de 10 ans, c’était un buffet all you can whip pour brasser de la marde.

Crédit Photo : PHOTO TIRÉE DU SITE WEB HTTPS://PQ.ORG/

Bidouilleux techno depuis l’âge où ses frères lui donnaient juste ce qu’il faut de chocs électriques avec des kits Radio-Shack trafiqués, il s’adonne à la programmation dès l’âge de 9 ans. Humaniste, bouddhiste et geek non pratiquant, religieux du logiciel libre et du télétravail, allergique aux paravents, il a le drôle d’idéal de faire tout ce qu’il peut gratuitement, ce qui occasionnera une certaine forme de pauvreté, mais pas du tout en curiosité. Sa phrase préférée : « Ça doit pouvoir se faire ! » On doit souvent lui indiquer où ne pas aller sur un serveur et lui rappeler ce qu’il fait de mieux, lire des magazines, des bouquins de philosophie, de géopolitique et de vieux classiques.

4 commentaires

    • Martin Comeau

      Oui Michelle. Humaniste. Si tu doutes de mon humanité parce que ce billet qui questionne ta façon de faire (as-tu oublié combien tu nous critiquais en 2007 ?), que dois-je penser de ton humaniste en lisant tes propos sur les juifs, les islamistes, ceux qui ne pensent pas comme toi à qui tu promets des sodomies au godemichet ? C’est moi qui manquerait d’humanité en soulignant que tu entretiens cette crainte de l’autre alors que tu subis au quotidien cette crainte de la différence envers toi par des intolérants à la diversité.

      Michelle, en 2007 et 2008, tu nous traitais d’attardés, les stratèges politiques, parce que nous n’utilisions pas les blogues. Tu es dans cette réalité aujourd’hui. Avec 2 billets de blogue de publié sur ton blogue de campagne actuellement. Ça c’est la réalité, le vrai monde politique, tel qu’il est, aussi désolant soit-il. La vraie révolution c’est l’humilité justement. Pas de proposer de coloniser les Inuits en offrant leurs terres comme “terre de la couronne” à qui veut bien les coloniser. C’est l’humaniste qui parle ici, pas le soumis au dictat politique des opportunités électoralistes.

Laisser un commentaire