Véronique Darveau à RDI week-end

Véronique Darveau RDI Week-end

Véronique Darveau à la barre des nouvelles de RDI Week-end, oui mais…

Véronique Darveau - ICI RDI Week-end

Véronique Darveau, ICI RDI Week-end

Je ne reconnais plus mon RDI week-end. Me faut vous dire que j’appréciais beaucoup Louis Lemieux. L’est rendu chez Radio-X. Je suis surpris autant que vous. Heureusement il y a Véronique Darveau à la barre des nouvelles pour donner un peu de fraicheur et de sourire nécessaire au week-end. C’est parce qu’il me faut vous avouer que je suis un mec d’habitudes, de routines.

J’ai besoin de mes ancrages. Le ton et la bouille de Véronique Darveau en fait partie, tout comme en faisait partie la météorologue Marion Gasse, dont on a plus de nouvelles, tristement. L’excellent Alexis De Lancer demeure en onde, mais de semaine. J’aime bien ce très professionnel journaliste. Sans parler d’une celle que j’appréciais beaucoup, Pasquale Harrison Julien, dont la nervosité et la timidité de la télé a vite fait place à une belle assurance et un professionnalisme inspirant. Elle a souffert du tordeur des compressions de Radio-Canada, de la radio à la télé à la radio.

J’ai besoin de mes ancrages. Le ton et la bouille de Véronique Darveau en fait partie

Il avait une identité ce show télé du week-end.  On ne syntonise pas une émission de week-end avec la même attitude que la course des jours de semaine. Cette fraicheur, ces bons rires et le ton visiblement amusé que sait prendre Véronique Darveau devrait je l’espère inspirer la nouvelle équipe pour ramener non seulement ce qui a fait le succès du show de week-end dans les saisons précédentes, la franche camaraderie, mais aussi la participation sur les réseaux sociaux, le clavardage en ligne, qu’offrait à l’époque Radio-Canada.

Il apparait clair que la stratégie de Radio-Canada n’avait pas pris en compte les compressions à venir de la part du gouvernement fédéral. Si Julie Drolet est fort active sur son compte Facebook, on ne peut en dire de même de la disponibilité des autres journalistes, avec raison. Je n’ai pas toutes les réponses, loin de là, mais mon petit doigt me dit que c’est bien davantage du travail non-rémunéré que d’être « social » maintenant pour le personnel de Radio-Canada. Un plus pour nous certes, mais la présence des Véronique Darveau, Alexis De Lancer, et Julie Drolet ne sont pas du même niveau sur les réseaux. La belle conversation semble donc soit au choix du journaliste, soit si peu rémunéré que les liens du week-end entre animateurs, journalistes et téléspectateurs ont été mis en marge.