Votre humble blogueur il est pas un pro de la finance. À peine il a eu la chance de se mettre un peu plus le nez que certain dans l’histoire des papiers commerciaux adossé à des actifs, professionnellement parlant, même pas par curiosité intellectuelle ou scientifique. Juste parce que mon job un de ces jours exigeait que je m’y retrouve un peu.

Pour vous dire que la crise par laquelle on passe y est reliée de front, avec quelques autres conneries bien enlignées à côté mais on va se concentrer une seule seconde sur les PCAA. La définition que je préfère est celle faite par l’Office Ontarien de Financement:

Papier commercial adossé à des actifs : Investissements à court terme garantis par un groupement d’actifs tels que comptes à recevoir, prêts automobiles et créances sur carte de crédit qui sont structurés en une fiducie.

C’est de ça qu’on est dans la merde. Des promesses de rendements sur intérêt.
Je voulais vous dire, j’ai reçu une lettre de GMAC hier… ils disent pas que c’est pour de la liquidité mais ils ont refilé mon prêt à quelques kamikazes qui aiment racheter ce genre de trucs.
Faire plus de ce qui marche pas… On est pas sortis de l’auberge!