Ce qu’il ne faut pas dire – Avant-Première le 14 mai 2015

Ce qu'il ne faut pas dire

Ce qu’il ne faut pas dire : une histoire d’amour, coquine, féminine.

Ce qu'il ne faut pas dire

Ce qu’il ne faut pas dire – L’affiche

C’est un travail de titan qu’elles ont fait pour que ce film voit le jour. C’est d’ailleurs con de devoir prendre un nom masculin pour qualifier les efforts qu’elles auront investies. Le film s’appelle Ce qu’il ne faut pas dire. La réalisatrice Marquise Lepage le co-produit avec la comédienne Annick Fontaine. Elles ont fait appel au crowdfunding, ce financement populaire sur le web qui permet à tout un tas de trucs de voir le jour au gré de la générosité des gens.

Nous on n’a pas fait grand chose. Le site du film Ce qu’il ne faut pas dire, la base de distribution de vente en ligne, et tomber un peu beaucoup en amour avec les bouts qu’on sait de l’histoire. C’est qu’on boude notre plaisir. On a le film sur le disque dur, parce qu’il fallait en capturer des photos, mais on l’a pas visionné. On attend l’avant-première, le 14 mai prochain au Théâtre Outremont.

On dit que c’est un fil d’amour, coquin, féminin. Qu’il y aurait même un peu à voir avec la vie de sa tête d’affiche Annick Fontaine. L’est charmante d’ailleurs. J’ai eu la joie de travailler d’un café 3 jours avec elle pour concevoir le site web. Enthousiaste, bourrée de vie, engagée, avec ce qu’il faut garder de belle candeur pour mener à bien ce genre de grand projet : savoir rêver encore, espérer toujours. Dans la vie comme en amour. Elle respire tout ça, pourquoi pas le film, aussi.

Ce qu’il ne faut pas dire, symptomatique de son époque

Dans les outils de promotion il y avait quelque part dans les idées de demander aux comédiens Ce qu’il ne faut pas dire à chacun d’entre-eux. On était un petit groupe d’amis récemment, à se poser la question. Ça a vite shiré. On en est rapidement venus au titre du film et ce qui nous semble, à vue de bande-annonce, son propos : Ce qu’il ne faut pas dire, en amour, en relation, en dating, sous la couette.

Dans cette drôle d’époque où le libertarisme va surtout aussi jusque dans nos lits, où la promotion du plaisir égoïste malgré les autres priment et devient un symbole d’évolution et de croissance personnelle, si c’était Je t’aime qui est au premier rang de Ce qu’il ne faut pas dire.

Donner de toute son intimité, de tout son corps, chez-soi, dans des chambres miteuses ou luxueuses qu’on ne peut se payer, pour revenir le cœur à la flotte, le corps meurtri, parfumé d’un autre passage à vide d’affection. On revenait justement d’une session de travail Annick et moi, je lui parlais de Véronique et moi, de ce qu’on tente de construire dans ce drôle de monde justement un peu à l’envers de nous, et elle me disait que je sentais bon l’amour dans cette histoire toute nouvelle.

Je sais pas qui d’elle ou moi, ou bien c’est que j’ai pas envie de vous le dire, mais spontanément comme ça l’un de nous a demandé :

– Et puis, dis-moi, tu lui as dit, toi, Ce qu’il ne faut pas dire ?

Ce qu’il ne faut pas dire – Bande-annonce – Finale from Les Productions du Cerf-Volant on Vimeo.